Daniel Martin et Louis-Yves Cloutier, les conquérants du marché automobile numérique

Une rencontre après un match de hockey scellera le destin des 2 amis. Un homme de tête, un homme de cœur, chacun son caractère, mais une vision similaire et une complémentarité évidente associée à une confiance absolue en l’autre. C’est le secret de la réussite de ces 2 hommes d’affaires et d’action qui fait aujourd’hui le succès de 360.Agency. 2 parcours différents, mais un même objectif : conquérir le monde du marché automobile numérique.

Parlez moi de votre  parcours ?

Daniel : Mon parcours est peu commun. Des études en finances jumelées à un cursus en technologie m’ont permis de prendre très jeune des rôles clés dans diverses entreprises. La crise de l’an 2000 et l’arrivée du .com ont propulsé les opportunités disponibles sur le marché. Par ma facilité à vulgariser et faire le pont entre le monde des affaires et le monde de la technologie, j’ai été placé dans des rôles clés de gestion pour aider à développer des solutions innovantes dans des structures de type « start-up ». Parce que je suis quelqu’un de débrouillard, je cadre bien dans le côté éclectique d’une entreprise sans structure.

 

La "Fameuse Napkin" par qui tout à commencé !
La “Fameuse Napkin” par qui tout à commencé !

Créer ma compagnie ne me faisait pas peur. Je venais de passer 7 ans à construire celle de quelqu’un d’autre. C’était même devenu un rêve qu’il fallait que je concrétise. Le destin m’a fait rencontrer Louis au moment où j’étais fin prêt pour ce nouveau défi dans ma vie. Le timing était parfait! Je cherchais un modèle d’affaire rentable à long terme sur le marché du digital. Il m’a vendu son idée et son industrie en dessinant sur une serviette en papier sa stratégie d’affaires… La fameuse Napkin par qui tout a débuté ! J’apportais mon expérience de start-up, mes connaissances technologiques dans le domaine de la mobilité et une fraicheur face aux stéréotypes de l’industrie et Louis, sa vision, ses connaissances de l’écosystème automobile et son expérience. Le match parfait en somme.

Nous sommes tellement fiers de tout ce qu’on a accompli aujourd’hui!

Louis-Yves : Moi, je suis un homme de marketing, de vente, de vision et je l’ai été presque toute ma vie. Mes études en administration et marketing m’ont amené à travailler très jeune pour de grandes compagnies. À 22 ans, j’étais déjà représentant de comptes nationaux chez Purolator. Mais je suis un hyper actif et j’avais besoin d’ébullition dans ma vie professionnelle.

À l’aube de l’an 2000, je m’intéressais beaucoup à l’évolution de la technologie numérique pour son effervescence et ses innovations constantes, plus que pour sa technologie en elle-même.  En entrant chez ADP, le plus grand fournisseur de solutions technologiques pour l’automobile dans le monde, j’ai eu la chance de pouvoir lier l’utile à l’agréable en fusionnant ma passion, l’industrie automobile et mon désir d’innovation, la technologie. De représentant à Directeur de l’est du Canada, mes 10 années au sein de cette compagnie m’ont permis d’affûter mes connaissances du comportement du consommateur et du commerce électronique. J’y ai développé ma vision de ce que devrait être à mon sens le futur du commerce automobile côté détaillant.

J’avais donc ma vision et j’étais prêt à franchir une étape supplémentaire dans ma vie professionnelle, mais je ne savais pas comment la rendre réelle. Daniel avait l’expérience de création d’entreprises qui me manquait pour me lancer. C’était rassurant de savoir qu’il était convaincu par mon idée et qu’il était prêt à se lancer avec moi dans cette aventure.

On a fait beaucoup de sacrifices, mais on l’a toujours fait avec le sourire. Il faut être un peu naïf pour se lancer dans ce genre de défi. Si j’avais su à l’avance toutes les embûches qui nous attendaient pour réussir, j’aurais peut-être eu peur et reculé avant même d’avoir sauté… Ça aurait été évidemment une erreur. Nous sommes tellement fiers de tout ce qu’on a accompli aujourd’hui!

 

Daniel : « Quand tu penses que ça va être dur, rajoutes-en encore un peu parce que tu es loin de la vérité ! » (rires). C’est drôle parce que, maintenant qu’on a passé ce cap et qu’on peut prendre du recul, on voit dans les yeux de nos directeurs généraux de compagnies affiliées à 360.Agency, la même angoisse, la même timidité que nous avons eues à l’époque. On aura beau les préparer et leur dire que tout va bien se passer, ils passeront par cette zone d’inconfort et de questionnement. Ça forge le caractère et ça te prépare pour l’avenir.

…………………………..

Votre mission en 3 mots?

Daniel : Convergence, cohabitation et performance : Je suis le chef d’orchestre d’une fanfare composée d’un ensemble de talents qui doivent apprendre à cohabiter, être performants ensemble et arriver à traduire physiquement la vision de Louis-Yves.

Louis-Yves : Vision, audace et résultats : Je connais l’objectif depuis le début. Il est très clair pour moi. La comparaison peut paraitre un peu présomptueuse, mais je ferais le parallèle avec un musicien : il se place devant son piano; c’est vrai aussi d’un peintre devant une toile blanche… Ils savent! C’est naturel pour eux, inné. Ils voient la partition ou le tableau dans leur esprit. Ils connaissent le résultat de la mélodie qu’ils vont composer ou l’œuvre qu’ils vont peindre avant même d’avoir touché leur matériel… Peu importe la façon dont ils vont y arriver, le résultat est déjà dans leur tête. C’est un peu pareil pour moi. Ce qui est sûr, c’est que je sais exactement où on va. Et Daniel est celui grâce à qui nous pouvons atteindre cet objectif.

…………………………..

Votre meilleure anecdote d’agence?

Daniel : Les premiers recrutements! On a commencé l’entreprise en aménageant le sous-sol de la maison de Louis-Yves à St-Lambert. Comme on n’avait pas de salle de réunion pour les entrevues, je donnais rendez-vous dans un restaurant à côté de la maison. À ce propos, tu sais que j’ai choisi chacun des premiers membres de l’agence pour un autre poste que celui pour lequel ils venaient en entrevue! Je vois quelque chose de plus chez certaines personnes. Je ne l’explique pas. C’est un feeling, une intuition qui ne me trompe presque jamais. Je sens le potentiel chez les gens et je suis persuadé qu’ils peuvent aller encore plus loin si on leur en donne la possibilité. En 2013, j’avais décrété un gel d’embauche pour un temps, juste avant mes vacances d’été. Et j’ai reçu un drôle de coup de fil de Louis. Il était mielleux, me flattait, me vantait certaines opportunités… J’ai compris qu’il fallait que je revienne vite au bureau !  À mon retour, il avait embauché 5 nouveaux employés! Ce qui était plus en 2 semaines que ce qu’on avait embauché dans l’année!

sousol

Louis-Yves : Notre premier salon de l’Auto comme VIP. Daniel, Marc-André, PAL ( Philippe Antoine Laurence) et moi, nous nous sommes retrouvés « par hasard » dans la section des véhicules de luxe. Il était tard, le salon était presque vide et allait fermer. Il n’y avait plus de garde de sécurité. On est passé par-dessus les barrières et on a pu entrer dans les véhicules dont les portes n’étaient pas fermées à clés. On est même entré par la fenêtre de la McLaren à 1 million de dollars! On en a profité pendant 30 minutes jusqu’à ce que les alarmes se déclenchent. On est de grands enfants… Ce sont de bons souvenirs.

salon Auto 2013

…………………………..

Votre véhicule de rêve?

Audi Spider R8Daniel : Je rêve d’une Audi R8 Spider, couleur grise charcoal, avec les mags en titane! C’est un véhicule performant, ultra fiable pour tous les jours et qui peut rouler facilement, même en hiver. C’est mon côté cartésien émotif qui s’exprime sur route!
(Plus de détails sur la Audi R8 sur le site de Glenmore Audi !)

 

Louis-Yves : Haaaaa, c’est une question difficile. Je rêve d’en avoir plein! Mon top 3 serait : une Porsche 911 turbo cabriolet, nouveau modèle, couleur noire ou gris charcoal, et intérieur rouge pour aller travailler, une Corvette Stingray d’origine des années 70, décapotable blanche (c’est introuvable!) pour satisfaire mon côté “muscle-car” et un Jeep Wrangler sans toit ni portes pour me promener dans les bois…


cars-Louis

…………………………..

La dernière application téléchargée ou celle que vous utilisez le plus?

Daniel : La dernière application que j’ai téléchargée est Last Pass. Elle me sert à sauvegarder tous mes mots de passe. C’est une belle découverte et je m’en sers beaucoup en ce moment. Mais Songza reste celle que j’utilise le plus. J’écoute beaucoup de musique et j’aime bien leur suggestion de playlist adaptée en fonction d’un moment de la journée ou d’une humeur. Et je découvre plein de nouveaux morceaux d’artistes que je ne connaissais pas.

 

Louis-Yves : Je ne suis pas tellement à jour côté “nouveau téléchargement”, mais les2 applications que j’utilise tous les jours sont Strava, une application de communautéde cycliste qui me permet de voir l’historique de mes courses, mes résultats et ceux de mes amis, et RDS Go.  Je ne suis pas en train de faire de la promotion gratuite parce que c’est nous qui avons développé cette application, mais je trouve sincèrement que c’est la meilleure application d’actualités sportives sur le marché nord-américain.Elle est intuitive et je peux la personnaliser en fonction de mes sports préférés. (Télécharger l’application RDS Go! Disponible sur App Store et Google Play. )

RDS-GO
(Télécharger l’application RDS Go! Disponible sur App Store et Google Play. )

 

…………………………..

Une autre vocation?

Daniel : Chef cuisinier. C’est le moyen que j’ai trouvé pour exprimer ma créativité et ma folie. Je m’étonne même d’être capable d’improviser une recette aussi facilement. Ça va à l’encontre de ma nature cartésienne, mais ça comble mes pulsions gourmandes…

Louis-YvesJoueur de Hockey professionnel. Je ne peux pas me passer de sport et le hockey coule dans mes veines. Mais je vais te confier mon rêve d’adolescent : j’aurais aimé être le guitariste du groupe de rock Metallica!

…………………………..

Votre truc pour décompresser ?

En coeur  : Le sport ou la fête! Mais toujours de façon très intense. Jamais de demi-mesure. En bref, on va se donner à fond dans une course de vélo ou un match de hockey et ensuite on célèbre notre effort avec une série de Tanqueray martini, straight-up, extra olive, extra dry, stired not shaken …

…………………………..

La faute qui vous inspire le plus d’indulgence et celle que vous ne pouvez pas laisser passer ?

Louis-Yves : J’aime bien cette citation japonaise du fondateur de Sony, Akiro Morita : « N’ayez pas peur de faire des erreurs. Mais faites en sorte de ne pas faire la même erreur 2 fois.» La faute que j’accepte est celle que tu fais la première fois et celle que je refuse catégoriquement est celle que tu répètes une deuxième fois. Les gens qui refont les mêmes erreurs se complaisent dans la non-performance. Ça va à l’encontre de nos valeurs d’éthique professionnelle.

«N’ayez pas peur de faire des erreurs. Mais faites en sorte de ne pas faire la même erreur 2 fois.»

Daniel : Je suis du même avis que Louis à ce sujet. L’incompétence humaine basée sur l’ignorance me désole. Quand on te met dans une position de nouveauté, tu peux faire des erreurs de jugement parce que tu es en mode “apprentissage”. Si tu la refais plusieurs fois, c’est de l’incompétence et de la négligence acceptée. Ça vient me chercher profondément et ça m’énerve.

…………………………..

Votre recette du bonheur?

Louis-Yves : Je souris parce ta question me fait penser à une anecdote de ma vie. Je vis avec mon épouse depuis 21 ans. Quand je l’ai rencontré, elle m’a fait remplir un test de magazine féminin, ceux qui titrent « Qu’est-ce qui vous rend heureux? ». À 19 ans, le résultat de mon test du bonheur était : la bière, la plage et les femmes (rires) !! Aujourd’hui, je te dirais sans hésiter que c’est un équilibre entre ma famille, le dépassement de soi avec le sport et un accomplissement personnel dans le travail.

 

Daniel : Pour moi, ce sont tous ces petits moments précieux de la vie de tous les jours. Si tu cherches toujours à obtenir quelque chose de plus grand, tu passes à côté de la vraie vie. Chaque jour, je profite de ces petits moments de bonheur. Dîner avec un ami et refaire le monde, prendre un café avec des collègues que j’aime, découvrir de nouvelles choses. Le bonheur pour moi, c’est vivre le moment présent.

…………………………..

Projettez-vous en 3025, c’est comment ?

Daniel : Comme je suis un homme de technologie, j’imagine un monde dominé par une technologie embarquée. Les voitures volent, toutes leurs fonctionnalités sont activées par la pensée. L’être humain n’existe plus sans technologie… Peut-être même qu’il n’existe plus du tout! Je suis quelqu’un d’ultra positif dans la vie, mais avec tout ce qu’on fait subir à notre monde, le futur pourrait ne pas être très accueillant…

Louis-Yves : Le futur me fait très peur. Je ne suis pas fier de ce que les hommes sont en train de devenir et je suis inquiet pour l’humanité. Je ne sais pas si c’est parce que je suis vraiment heureux en ce moment et que j’ai peur qu’on me le prenne ou que j’ai peur pour l’avenir de nos enfants. L’humanité construit du court terme. Tout est pensé pour une utilisation « Kleenex”. On prend, on utilise 1 fois et on jette. J’y pense souvent. Je trouve que l’humain manque d’humilité face à l’univers. Je m’attends à ce que la terre reprenne ses droits et renaisse des cendres du feu que l’humanité aura déclenché. C’est une vision assez pessimiste… Mais j’espère qu’un jour j’aurai suffisamment de moyens pour aider à changer les choses et avoir un impact mesurable avant qu’il ne soit trop tard.

…………………………..

Le meilleur conseil que vous pourriez donner à quelqu’un qui veut se lancer dans le métier?

Daniel : Le plus grand conseil que je peux te donner, peu importe ton métier, c’est “Va au bout de tes rêves et n’arrête jamais de rêver.” Ce sont tes désirs et tes rêves qui te permettent de t’accomplir et de déplacer des montagnes pour y arriver et réussir.

Louis-Yves : Et j’ajouterais : “Lève-toi le matin avant les autres et travaille pour avoir une longueur d’avance“. Si tu fais ça dès 15 ans, tu te donnes toutes les chances de succès. J’ai connu des gens qui rêvaient d’être riches, mais qui ne travaillaient pas. Il n’y a rien de gratuit dans la vie. Tu dois le gagner à force de travail. Travaille dur pour réaliser tes rêves. C’est la clé du succès.

 

360.Agency

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *